Browsing articles tagged with " Garder des poules"

Pourquoi éduquer des poules? (Première partie)

Ma toute première poule, Sidouri, est née chez moi dans un incubateur. Rapidement, elle est devenue un membre de la famille, au même titre que mes chiens, mes chats et mes lapins. L’observer et découvrir son language, ses goûts culinaires et sa façon d’entrer en contact avec les autres membres de la famille me fascinait. Elle adorait passer de longs moments sur mes cuisses pour se faire caresser.

Éduquer des poules

Sidouri dans son perchoir extérieur

 

Ma première motivation lorsque je lui ai appris à jouer aux cartes était de tisser des liens avec elle. Passer du bon temps, toutes les deux, jouer tout en étant à l’écoute. Jamais je n’aurais pensé à l’époque que notre histoire me conduirait si loin. Sidouri est devenue, malgré elle, celle qui a semé la toute première graine des poules savantes.

 

Depuis la fondation de ce club de poules savantes, je partage des articles et des vidéos via leur site ou leur page Facebook. Si la grande majorité des commentaires témoignent de l’étonnement et de l’approbation des lecteurs, d’autres s’insurgent en affirmant que j’exploite mes amours à plumes et que je devrais leur laisser vivre leur vie de poule. Mais qu’est-ce qu’une vie de poule?

 

Le respect des goûts et des aptitudes

 poule à l'intérieur

Mes poules n’ont pas toutes envie de vivre à l’intérieur avec moi. Mon beau Tonio préfère, et de beaucoup, vivre avec son harem à l’extérieur même s’il fait moins 30 degrés. Il pourrait, s’il le voulait, vivre avec Chance dans la volière sise au coeur de mon salon, perso, je préfèrerais. Je serais moins inquiète, mais il n’aime pas et je respecte ça. En revanche, pour Chance, l’hiver c’est l’enfer. Elle déteste royalement. L’été elle apprécie la nature, mais elle entre dormir à l’intérieur. C’est une question de choix. Lequel des deux vit une vraie vie de poule? Tonio sans doute. Si vous étiez à leur place, quel mode de vie vous conviendrait le plus?

Selon moi, une vie de poule c’est la liberté à l’extérieur si on en a envie et quand on en a envie. C’est de manger et de picorer même si c’est sur un plancher de cuisine. La vie tout court, pour tout être vivant est selon moi parfaite lorsqu’elle est vécue dans le respect et l’écoute. C’est vrai pour les poules et toutes les autres bêtes, les humains et la planète. C’est le message que Tonio et Chance diffusent à travers les écoles.

Deuxième partie à venir sous peu.

Au sujet de l’auteur:

France-Anne Blanchet

France-Anne Blanchet

 

En plus d’être connue à titre d’auteure pour ses séries de Hannicar et de Sidouri, France-Anne Blanchet est la créatrice d’une ligne de vêtements tricotés à la machine sous la griffe de L’Ensorcelante. Elle est membre fondatrice et administratrice d’Auteurs en Appalaches et administratrice de la Coopérative Le Carrefour de Saint-Julien. Depuis l’automne, elle séduit les enfants avec ses poules savantes par l’entremise d’animations scolaires visant à développer l’estime de soi. Elle est aussi la créatrice du court-métrage « Il était une fois Saint-Julien« , mettant en scène des enfants et racontant l’histoire des débuts du canton de Wolfestown.

Les qualités insoupçonnées de la poule

Trop souvent, lorsque l’on évoque la poule en dehors de son contexte, on en fait un animal un peu bête qui n’est utile que pour sa chaire et ses œufs. Pourtant, à force de les côtoyer, on s’aperçoit qu’il n’en n’est rien. La poule est un animal aussi fascinant qu’utile, qui partage avec l’humain plusieurs points en commun.

La mode des poules urbaines, qui a pris son essor il y a une dizaine d’années, s’explique en partie par l’apport écologique qu’il en résulte. Lorsque l’on a une poule dans notre jardin, elle ne fait pas que de nous donner des bons œufs frais au jaune vif et foncé. La poule devient le broyeur déchets par excellence! Tous vos restes de table seront absorbés et digérés, et votre poule engraissera votre sol « naturellement ». Sans compter que votre nouvelle amie se contente de peu! C’est un animal docile, qui mange tout et qui ne rechignera pas à être soignée temporairement par votre voisin, en cas de besoin.

Poules de compagnie

Les poules de compangie

 

Plus étonnant encore, de plus en plus de gens adoptent une poule en guise d’animal de compagnie. Initiée d’abord aux États-Unis, cette mode se répand doucement au Canada et en Europe. La pratique peut sembler surréaliste lorsque l’on pense au grand volume de déjections que produisent ces volatiles, aussi sympathiques soit-ils, mais certains génies amoureux des animaux ont eu l’idée de confectionner des couches pour leurs amours à plumes.

couches à poules

Couches à poules

Pour certains puristes, mettre des couches aux poules n’est rien de moins qu’un sacrilège; laissez-les vivre leur vie de poule! répètent-ils à tout vent. Pour ma part, je m’en confesse, quelques unes de mes poules, celles qui adorent passer du temps sur mes genoux ou encore se lover contre mes chiens, portent des couches. J’adore, particulièrement l’hiver, pouvoir les cajoler et les observer sur une longue période. Tout comme avec mes chats et mes chiens, j’ai développé avec certaines de mes poules (pas toutes! Certaines n’apprécient pas du tout notre compagnie!) un lien privilégié et même une manière de communiquer.

Poules savantes de France-Anne Blanchet

Les poules ont beaucoup à nous apprendre, dans la mesure où, nous prenons la peine de les écouter!

France-Anne Blanchet.
www.poulessavantes.com

======================

Voici quelques liens anglophones sur les couches pour les poules:

France-Anne Blanchet

France-Anne Blanchet

Au sujet de l’auteur:

En plus d’être connue à titre d’auteure pour ses séries de Hannicar et de Sidouri, France-Anne Blanchet est la créatrice d’une ligne de vêtements tricotés à la machine sous la griffe de L’Ensorcelante. Elle est membre fondatrice et administratrice d’Auteurs en Appalaches et administratrice de la Coopérative Le Carrefour de Saint-Julien. Depuis l’automne, elle séduit les enfants avec ses poules savantes par l’entremise d’animations scolaires visant à développer l’estime de soi. Elle est aussi la créatrice du court-métrage « Il était une fois Saint-Julien« , mettant en scène des enfants et racontant l’histoire des débuts du canton de Wolfestown.