Browsing articles in "Permaculture"

Documentaire sur le sol de La Semaine Verte: Notes et liens.

Récemment, l’émission la semaine verte diffusait une excellent documentaire sur l’importance du sol dans l’environnement et les cultures : « La symphonie des sols »

Le documentaire explique comment sur la croûte terrestre, le sol se forme a partir des poussières de rocher constituant des minéraux qui deviendront un jour un des constituants d’une terre fertile. Toutefois, pour y arriver, la vie qui couvre les rochers et leur poussière : champignons, bactéries et micro-organismes, transfèrent tranquillement les minéraux disponible à l’écosystème tout entier. Autre que les végétaux, il existe une énorme masse de vie qui se situe dans le sol.

La photosynthèse permet de transférer le dioxyde de carbone en hydrate de carbone. La plante est alors capable de former des molécules qui a leur tour viendront nourrir les micro-organismes présents dans le sol qui eux-même aident la plante à se nourrir des différents nutriments de base rendus disponibles par leur action.

 

emission sur le sol la semaine verte

 

La révolution verte qui a mené à l’augmentation de rendements à l’aide de produits chimiques et la machinerie lourde, a souvent détérioré les sols. L’émission (2e partie) explique aussi comment l’utilisation de composés chimiques à base de glyphosate détruit les mycorhises et diminue les micro-organismes du sol et augmente ceux qui serait indésirables. D’autres produits chimiques également modifie le sol.

Toutefois, certaines méthodes permettent de reverser graduellement le phénomène d’érosion et d’appauvrissement du sol.   Le semis direct sans labour en est une. Redonner au sol ce qu’on lui prend à l’aide de compost est une bonne façon de régénérer et d’améliorer la vie du sol.

Des fermiers biologiques ont compris comment redonner à la terre à l’aide de compost et de matière organique peut rendre un sol inculte capable de donner de bonne récoltes.   Ils appellent ce type de culture «la culture Biologique traditionnelle ».  Elle est différente de la « Culture Biologique » qui intègre constamment des intrants biologiques (ex : minéraux pures) tentant constamment de remplacer les engrais chimiques…

La semaine verte émission sol deuxième partie:

 

 

D’autres techniques peuvent redonner vie et protéger le sol :

  • Les gouttes-à-gouttes permettent d’éviter le gaspillage d’eau et la salification du sol.
  • L’épandage de composte en surface permet d’enrichir le sol et de limiter l’évaporation de l’eau.
  • Les tapis végétaux en surface (paille ou paillis par exemple), réduisent énormément l’érosion des sols.
  • Un apport adéquat en matière organique permet d’augmenter la fertilité des des sols.
  • L’incorporation d’animaux de ferme permet d’apporter d’avantage de matière organique.
  • Le compagnonnage de plantes nourrissant le sol à même les cultures traditionnelles permettent d’atteindre un équilibre intéressant.

Au final, les légumes produits par des fermes respectant la loi du retour et qui vivent dans un sol bien vivant sont plus savoureux.

La nouvelle ruche Flow Hive récolte le miel sans déranger les abeilles.

nouvelle ruche flow hive

Depuis 1844, la ruche à cadres mobiles inventée par le Dr Charles Paix Debeauvoys était demeuré l’innovation majeure au cœur de l’apiculture. Hors, le 23 février 2015, les choses ont changé lorsque les apiculteurs australiens Stuart Anderson et son fils Cedar Anderson ont présenté sur le site de financement participatif Indiegogo leur création issue de 10 années de recherche et d’essais : La ruche Flow Hive.

 

La principale innovation vient du fait qu’il n’est plus nécessaire de retirer les cardres de la ruches afin d’en extraire le miel, réduisant d’autant tout le stress vécu par les colonies d’abbeilles lors de la récolte qui traditionellement exigeait la fumigation, le retrait des cadres de la ruche, le retrait des abeilles restantes des cadres ainsi que la centrifugation de ceux-ci afin d’en extraire le miel, etc. Ce nouveau procédé épargne donc stresses, blessures et mortalités chez les abeilles. Les abeilles se montrent également moins agressives envers l’apiculteur et son travail est d’autant plus allégé. Il s’agit donc d’une révolution dans le secteur de l’apiculture.

Visionnez ci-bas la présentation (en anglais) de la Ruche Flow hive TM.

 

Les rayons des cadres Flow Hive TM sont déjà préformés. Les abeilles les remplissent alors de miel et les bouche à l’aide d’une couche de cire.   Lors de la récolte, l’apiculteur utilise alors une clé qui viend sectionner temporairement les alvéoles, permettant alors au miel de descendre, et de s’écouler directement dans un tube.

La nouvelle ruche Flow hive recolte le miel sans déranger les abeilles

Visionnez ici la différences et le fonctionenment complet des Cadres de ruche Flow Hive TM.

 

Les cadres demeurent amovible, comme pour une ruche traditionelle afin de laisser l’appiculteur libre d’apporter des soins particulier au besoin.

Pour plus d’informations, visitez :

Le site de Honey Flow

Leur page Facebook

 

Crédit images et vidéos: © Honey Flow

Les Jardins de la Grelinette ou le « Small Farming ».

Si vous rêvez de devenir fermier de famille, il vous faut absolument connaitre les « Jardins de la Grelinette ».  Jean Martin Fortier et son équipe prévilégie l’agriculture Bio-Intensive et gagne sa vie sur à peine un hectare de culture (1/100 d’une terre conventionelle) !  Le Bio-Intensif est une méthode utilisée en Californie depuis les années 70.   Tout y est soigneusement planifié afin d’obtenir un rendement intéressant et une qualité impeccable.   La planification se fait selon les caractéristiques des légumes, de leurs cultivars, le temps qu’ils prennent à pousser, la qualité gustative de ceux-ci.  Dès qu’une récolte est effectuée, la planche de culture est tout de suite affectée à une nouvelle culture, choisie en fonction notamment d’un bon compagnonnage, des besoins du prochain cultivars, des besoins de la planche en terme d’amendement, etc…

La semaine verte a dédié un reportage cette entreprise qui révolutionne l’agriculture au Québec. Cliquez sur l’image afin de le visionner:   

Jardins de la Grelinette

Reportage de la Semaine Verte – Les Jardins de la Grelinette (Jardinier Maraicher)

Le Jardinier Maraicher de Jean-Martin Fortier:

Afin d’accompagner les personnes qui désirent devenir producteurs maraichers, M. Fortier a écrit un ouvrage complet sur le mode de culture,les techniques,  les cultivars, les périodes de semis, les règles de compagnonnage, les amendements, les équipements et le budget normal d’une exploitation comme la sienne.   Vous pouvez vous procurer cet ouvrage tant en Amérique qu’en Europe. Il s’agit d’un manuel dédié aux producteurs qui comme lui veulent cultiver une petite surface moins de 1 hectare, sans mécanisation de grande envergure mais plutôt en intensifiant la production.

Pour plus d’information sur le manuel, visitez le site lejardiniermaraicher.com

Vous désirez vous procurer des outils et du matériel pour pratiquer le  Bio-Intensif?  Voici quelques liens utiles:

 

Les outils et accessoires utilisés par les jardins de la Grelinette 

Lutte biologique par auxilières (insectes prédateurs)

Johnny’s Selected seeds

 

Extra:

Pour ceux que cela peut intéresser, Curtis Stone, en Colombie britanique, réalise une production maraichères similaire mais en ville ! Le vidéo suivant est en anglais:

 

 

Acheter des insectes prédateurs – Anatis Bioprotection

auxiliere et insectes predateurs

Les propriétaires de champs de maïs ont souvent recours aux insectes prédateurs afin de protéger leurs récoltes.

En 2014, L’émission « La semaine verte » de la Chaine Canadienne « Radio Canada » proposait un reportage sur Anatis BioProtection, une ferme située dans l’est du Canada à St-Jacques-le-Majeur. Fondée par Sylvia Todorova, cette ferme produit des insectes prédateurs utilisés dans les pratiques de cultures biologiques. Le reportage met en vedette également le client, Timothé Croteau, propriétaire des jardins d’Inverness, un fermier de famille biologique passionné.

Vous pouvez visionner les reportages en cliquant ici.

Selon le reportage, Anatis BioProtection fournirait des insectes prédateurs à près de 20% des producteurs de Maïs sucré afin de protéger les récoltes des insectes nuisibles.

Anatis BioProtection produit ses propres insectes afin de générer le maximum de résultats contre les prédateurs visés. Elle produit entre autre:

Des Trichogrammes insectes prédateurs de la Pyrale du Maïs. Cette dernière est un ravageur potentiel des cultures de Maïs sucré. En pondant ses oeufs à l’intérieur des oeufs du prédateur, tuant ainsi le problème dans l’oeuf!

Des Trichogrammes insectes prédateurs de la Pyrale du Maïs qui s’attaque également aux productions de Poivrons et de piments.

Des Trichogrammes prédateurs de plusieurs insectes maraichers tels que les Autographes, les Arpenteuses, les Enrouleuses, Les Fausse-teignes, Les Fausses Arpenteuses, les Noctuelles, les Teignes, les Pyrales, etc…

Des Trichogrammes prédateurs d’insectes s’attaquant aux arbres fruitiers tels que les Arpenteuses, les carposapses, les Enrouleuses, les tordeuses, etc…

Des punaises soldat, prédateurs entre autres des doryphores, ces insectes qui ressemblent quelques peu aux coccinelles et qui dévorent le feuillage de pommes de terre. La Punaise soldat s’attaque également à certaines larves pouvant affecter les crucifères.

Des acariens contre des insectes nuisibles en production ornementale, maraichère et de petits fruits. Ils s’attaquent entre autre à différentes sortes de Tétraniques ou de thrips.

 

L’entreprise ne produit que des insectes indigènes au Québec.  Ainsi, il n’y a pas de risques d’importer des insectes étrangers et envahissants telle que la coccinelle asiatique.

Visitez le site d’Anatis Bioprotection ici.

Vous avez de la difficulté à identifier les insectes dans votre serre ? Le centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec offre un poster nommé « Lutte Biologique en Serre » permettant d’identifier rapidement les insectes nuisibles tels que les thrips,
aleurodes, acariens, mouches noires, pucerons. Elle indique également les prédateurs ou parasites à utiliser afin de les contrer. Cette affiche résistante à l’eau et au soleil et comportant plus de 250 photos vous sera d’une précieuse aide.

Vous pouvez vous la procurer à l’adresse suivante:

https://www.craaq.qc.ca/Publications-du-CRAAQ/lutte-biologique-en-serre/p/PCUA0101

Le verger en permaculture – Verger des Fermes Miracle Farms

Le pomiculteur Stefan Sobkowiak de Cazavile à mis en place sur sa ferme un verger permaculturel.  Celui-ci, nommé le verger des Fermes Miracle Farm utilise des méthodes faisant en sorte qu’il ne soit pas nécessaire d’utiliser quelque pesticide, herbicide ou engrais chimique que ce soit. Tout y est conçu afin de favoriser la diversité, tant au niveau des variétés des fruits que des plantes et des insectes nécessaires au bon fonctionnement du Verger.

 

(Source: https://www.youtube.com/watch?v=zn6v5cLhRTw )

Dans ce verger, vous trouverez, dans une même allée, une suite continue de pommiers, suivi d’un autre fruitier, suivi d’un arbre fixateur d’azote.  Et ce dernier, ne sert à aucune autre chose que de rendre disponible aux autres arbres l’engrais dont ils ont besoin afin de bien grandir. Au pieds des arbres, des arbustes fruitiers, des fleurs, et différents végétaux viennent complémenter l’arbre fruitier. Framboises, Groseilles, ginsengs, ail des bois, Hémérocalles, etc.

Le Verger des Fermes Miracle Farms vous offre la possibilité d’en apprendre beaucoup plus sur la permaculture.  Pour se faire, il est possible de se procurer la Vidéo produite par le Verger Miracle Farms expliquant de fond en comble toutes les techniques à utiliser afin de produire un verger aussi durable et écologique que le leur.

Voici le lien pour acheter le DVD: http://miracle.farm/

Il est également possible de suivre un petit cours pratique de design en permaculture. Si vous désirez recevoir cette formation dispensée sur des sites exceptionnels, et qui vous fera passer de la réflexion à l’action, visitez leur site au: http://pdcplus.org/